dimanche 21 février 2016

Maharishi Mahesh Yogi : "Sat Chit Ananda"



Question : Maharishi, j'ai quelques questions, pourriez-vous discuter de "Sat Chit Ananda" (Satcitānanda, Satchidānanda, or Sat-cit-ānanda (Sanskrit: सच्चिदानन्द ou सत्-चित्-आन्द ) ?

Maharishi : Sat est la vérité absolue non changeante.

Sat Chit Ananda : Sat est ce qui ne change jamais, la vérité, l'être absolu. Chit* est la conscience. Ananda (Ānanda), c'est le bonheur. [Cette expression signifie] "Absolu Conscience Béatitude".

Un point d'intérêt remarquable pour nous : l'absolu est une expérience directe pour nous, l'absolu est une réalité vivante pour nous.

Maintenant, comment pourrait être vécu l'absolu ? Le mot "Chit", conscience, permet l'expérience de l'absolu. Si l'absolu n'étaient pas Chit, la conscience, il ne pourrait pas devenir une réalité vivante. Vous voyez le point ?

En étant absolu, s'il est une réalité vivante, il doit avoir une certaine magie en lui. Parce que sinon, l'absolu plat ne serait pas une réalité vivante, il ne serait pas une expérience. Et comme nous le savons, concernant un système nerveux est bien raffiné, un système nerveux correctement purifié reflète pleinement l'être absolu : Sat.

Alors, quand Sat est reflété dans sa plénitude, alors Sat est compris avec cet attribut de Chit, qui est la Conscience. La conscience est en référence au Soi. La Conscience, c'est l'état d'être conscient. Alors la conscience ne fait qu'un avec Ce qui ne change jamais. Et en vertu de cet attribut, en vertu de l'attribut de la conscience, l'absolu sans attribut devient une réalité vivante.

Quand nous allons plus profondément dans le caractère de l'absolu, Sat. Nous sommes en mesure de plonger en lui, parce qu'Il nous est intime.

Et parce qu'il nous est intime, qu'il est notre conscience, parce que c'est notre conscience, il peut devenir une expérience, une expérience directe, sinon ce ne serait pas une expérience. Et parce que nous savons par notre propre expérience, que c'est une expérience, nous attribuons par conséquent cet attribut de la conscience à l'absolu sans attribut.

Maintenant, étant une expérience, et du fait d'avoir cet attribut de la conscience, le sans attribut reste toujours sans attribut.

Néanmoins, tout en restant sans attribut, il reste, il tient son caractère absolu illimité. Et c'est pourquoi la conscience est assimilée à l'absolu. Et c'est pourquoi Sat Chit, Sat Chit.

Ananda (Ānanda) est une qualité qui va de pair avec la plénitude de la vie, la plénitude, ananda (ānanda).

Les Upanishads sont très belles à propos de cet ananda (ānanda). Ils disent: Ananda dhyeva Imani Bhutani jāyante. Vous devriez aussi écouter parfois Upanishads : “Anandad dhyeva ... imāni bhūtāni jāyante … Anandena jatani jivanti Anandam sam prayantyabhisam visanti .. saisha bhargavi varuni vaidhya parame vyoman prathishta”..

Toute la philosophie d'ananda (ānanda), ananda comme étant la base de la vie, comme étant le soutien de la vie, comme étant cet ultime dans lequel tout se dissout. Cet ananda (ānanda) est la vie.

La création est née d'ananda (ānanda), elle est maintenue en ananda, et finira par se dissoudre en ananda. Elle évoluera à partir d'ananda, sera maintenu dans ananda, et se dissoudra en ananda (ānanda).

Le cycle de l'évolution et de dissolution qui se poursuit toujours, réside en ananda (ānanda), et seulement en ananda (ānanda). Cette connaissance enseignée par Bhrigu à son fils Varuni se situe au-delà de l'akasha (ākās̄́a).

Akasha (ākās̄́a) : l'espace.

Akasha est caractérisé par le son. Partout où il y a du son, il y a akasha (ākās̄́a). Et quand il se trouve au-delà de l'akasha, cela signifie qu'il se trouve dans le domaine qui transcende le son, qui transcende la parole, qui transcende la pensée. Si vous prenez conscience de ce champ de la conscience transcendantale, vous saurez que ananda (ānanda) est tout ce qu'il y a, par votre expérience directe.

Ce verset des Upanishads parle de la Méditation Transcendantale (MT), et établit que dans l'aspect extérieur et intérieur de la vie n'est en tout que ce seul élément qui est le bonheur (ananda, ānanda). Il parle de la vie évoluant à partir d'ananda (ānanda), de la création provenant d'ananda, soutenue par ananda, allant à Ananda.

Le champ entier de l'individu, depuis sa création, comme une onde de vie cosmique est dans le domaine d'ananda. Ce bonheur qui est mon Soi.

Ainsi, l'éternité d'ananda (ānanda) est ce qui permet le parallèle entre Ananda et Sat, qui ne change jamais.

Et parce que cela peut devenir une réalité vivante, le bonheur peut devenir une réalité vivante, ce bonheur est assimilé à Chit, la conscience. Ainsi, Sat Chit Ananda, est l'Absolue Conscience Béatitude.

Et parce qu'elle est Ananda, elle est plénitude. Et parce qu'elle est Chit, l'absolu sans attribut peut devenir une réalité vivante de la vie quotidienne.

Donc, avec ce mot “Sat Chit Ananda” s'ouvre à nous toute la philosophie de la vie. “Sat Chit Ananda” et “Je suis Cela”, “Tu es Cela”, et “tout ceci est Cela”, et “C'est Cela”. C'est l'histoire de “Sat Chit Ananda”.

Le point essentiel est que, parce que l'absolu est une réalité vivante, il peut être assimilé à Chit, qui est la conscience, si cela n'était pas la conscience, cela ne pourrait pas devenir une expérience, et si cela ne pouvait pas devenir une expérience, cela ne pourrait pas devenir une réalité vivante. Mais nous le vivons, nous le savons. Et par conséquent, Sat est assimilé à Chit, et Chit est assimilé à Ananda.

Parce que quand Sat est Chit, il s'agit d'une expérience directe. Alors, quelle est cette expérience ? Le mot suivant l'indique : c'est le bonheur. L'accomplissement, (la plénitude) d'un bonheur absolu, telle est l'expérience.

Sat est ce qui ne change jamais, la réalité abstraite qui ne change jamais. Ce qui ne change jamais, ce non relatif, doit être abstrait. S’il est abstrait, peut-il être expérimenté ? Vous dites “Oui”, parce que c'est la conscience. Et puis, si c'est la conscience, peut-il être connu ? Vous dites “Oui”, parce que c'est la conscience. Et puis, si c'est la conscience, une expérience directe, alors, quelle est cette expérience ? “La béatitude”.

Donc, toute l'investigation sur la réalité abstraite sous-jacente est résolue, elle est exprimée par un seul mot : “Sat Chit Ananda”.

mardi 2 février 2016

Ma Anandamayi




"
“Dans la méditation "faire” et “être” sont si différents ! On tente de méditer, on “fait” de la méditation, mais le jour où la méditation émane de soi, où elle “est”, quel autre monde !“
"Tant que le langage vous est nécessaire pour communiquer avec autrui, employez-le, mais très parcimonieusement. Ecoutez ce que les gens vous disent et ne répondez que lorsque c’est nécessaire, par quelques mots, à dose homéopathique. Vous savez bien que là où les médicaments allopathiques, à fortes doses, restent sans effet, quelques gouttes minuscules produisent parfois des effets miraculeux ! Les gens ne parlent que pour faire étalage de leur supériorité, de leur érudition et de leur habileté dans la discussion. Mais l’action est plus puissante que les mots. La valeur d’un homme ne se mesure pas au volume ou à la force des arguments qu’il peut présenter. Argumentez en vous-même, dans l’introspection, et maîtrisez vos passions ; alors vous constaterez bientôt que l’envie de parler a presque disparu.”
“En fait, il n'existe rien d'autre que l'Unique Instant. Dès l'instant où vous Le trouvez, vous connaissez votre vrai Moi. Cet Instant relie à l'ensemble de la création.
"


lundi 16 novembre 2015

Jean-Yves Leloup: Qu'est-ce qui respire en nous?



Qu'est ce qui est là, qu'est ce qui respire en nous ?
Je vous propose d'être là, d'être un peu plus là
Et cela commence dans le corps que nous sommes
En sentant le contact de notre corps sur la chaise
En sentant le contact de nos pieds sur le sol
En sentant notre colonne vertébrale
Notre colonne vertébrale qui est comme l'Arbre de Vie
Cet arbre qui relie la terre et le ciel, cet axe,
 notre droiture
Notre corps n'est pas le tombeau de l'âme
C'est le temple de l'Esprit
C'est une maison pour abriter le vent
Pour accueillir le souffle
Accueillir l'inspir et l'expir
Inspirez plus doucement, expirer plus doucement
Ne faire qu'un avec ce souffle
Ce souffle qui nous inspire et qui nous expire
Entrez simplement dans cette conscience du souffle
Et ne pas avoir peur d'aller au fond de l'expir
Expirez profondément et doucement et restez là un petit moment
Ecoutez, goûtez les saveurs du Silence
Un je ne sais quoi, un presque rien
Et c'est de ce Silence que va naître un nouvel inspir
Laissez le venir comme un cadeau
Simplement respirez, consciemment, doucement,
 profondément 
Et peut être sur le rythme même du souffle,
Accordez l'invocation qui est la votre si vous avez une tradition particulière 
Ou simplement 'je suis' Etre là, je suis là
Laissez dans ce je, dans ce petit je, laissez être la grande Présence
Celui qui est plus intelligent que nous, en nous
L'intelligence créatrice, la Conscience première
Laissez être au cœur de notre vie, une vie plus vaste
Sentir que notre souffle vient de l'infini et retourne à
 l'infini
Et au niveau du cœur, laissez venir cette simple
 gratitude, cette bonté
Quelque chose comme un soleil qui éclaire, qui réchauffe
Plus moi que moi-même, tout autre que moi-même
Et méditez vous savez,
Ce n'est pas courir après le soleil
C'est se laisser ensoleiller
Quelques instants, se laisser ensoleillé par la Présence silencieuse
Pour notre bien être et le bien être de tout et de tous

P. Jean-Yves Leloup lors d'un stage
Trouvé sur le blog de Séraphim

dimanche 11 octobre 2015

Nisargadatta Maharaj: Laissez votre vraie nature émerger



Il n'y a rien à pratiquer. Pour vous connaître, soyez vous-même. Pour être vous-même, cessez d'imaginer que vous êtes ceci ou cela. Soyez seulement. Laissez votre vraie nature émerger. Ne troublez pas votre mental par la recherche. Regardez-vous, regardez votre propre existence. Vous savez que vous êtes et vous aimez ça. Rejetez toute imagination, un point c'est tout.
Rien n’est à faire, aucun acte particulier à accomplir. Parler d’abandon est simplement une manière d’exprimer cela. Vous êtes pure présence consciente, vous l’êtes et vous n’avez pas à vous le répéter avec des mots. Gardez-le au fond de vous-même.
Rappelez-vous toujours : la conscience est toutes choses, tout, pour tout être pensant. S’il n’y a plus de conscience le monde n’existe plus. Cette conscience est avec nous à tous les moments de notre existence. Cette connaissance n’a pas d’aspect ou de forme, elle est semblable à la lumière, la lumière de la vraie connaissance, elle est de la nature de l’amour. Comprenez bien que cette conscience n’est pas représentée par le corps, qu’elle est seulement lumière. La lumière révélant l’existence, voilà votre véritable nature et ne demandez pas « qui sont les parents de la lumière », elle est là et c’est tout.
La lumière est la découverte « je suis ». Ce « je suis » est la condition indispensable pour que le monde apparaisse à l’existence, dans son image est contenu tout le reste. Observez, percevez, regardez ce « je suis » sans l’œil physique.



Extrait de Je Suis